Droit Miranda - Quels sont les droits Miranda ? (2024)

par Axel Gandouly

Droits Miranda en français

«Vous avez le droit de garder le silence. Tout ce que vous direz pourra être et sera utilisé contre vous devant une cour de justice. Vous avez le droit de consulter un avocat avant interrogatoire. Vous avez le droit d’être assisté par un avocat durant votre interrogatoire. Si vous n’avez pas les moyens financiers de faire appel à un avocat, un avocat peut vous assister gratuitement. Si vous décidez de répondre à l’interrogatoire sans être assisté d’un avocat, vous avez le droit de refuser de répondre à tout moment.»

Droits Miranda en anglais

« You have the right to remain silent. Anything you say can be used against you in court. You have the right to talk to a lawyer for advice before we ask you any questions. You have the right to have a lawyer with you during questioning. If you cannot afford a lawyer, one will be appointed for you before any questioning if you wish. If you decide to answer questions now without a lawyer present, you have the right to stop answering at any time. » Source

Histoire des droits Miranda

Juin 1966, États-Unis. La Cour Suprême rend son arrêt historique Miranda v. Arizona. Dans l’histoire de la procédure pénale américaine, cette décision est un tournant, car elle rend obligatoire le fait d’informer tout suspect de ses droits (droit d’être assisté d’un avocat, droit de garder le silence et droit à une assistance médicale si nécessaire) avant de procéder à son audition, tout oubli de leur notification correspondant à un vice de procédure. Ces droits sont aujourd’hui désignés par le nom de «droits Miranda».

Par l’entremise du cinéma et de la télévision, cet arrêt a connu une grande postérité, tout un chacun ayant en tête la séquence où un policier fait lecture de ses droits à un individu en état d’arrestation. En l’occurrence, un retour sur l’arrêt Miranda sera effectué : après avoir passé en revue les faits et la procédure, il sera étudié la forme éventuelle que doit revêtir la notification de ces droits, la « portée juridictionnelle » endossée par le 5e amendement de la Constitution des États-Unis avant l’arrêt Miranda, et l’équivalent de ces droits en France.

Les faits et la procédure de l'arrêt Miranda v. Arizona

C’est en 1962 à Phœnix que tout commence. Selon la police de la ville, Ernesto Miranda, un ouvrier américain déjà condamné par le passé, y aurait kidnappé et violé plusieurs jeunes filles. En mars 1963 il est arrêté par la police, sur la signalisation de l’une de ses victimes qui reconnaît sa voiture.

Au cours de l’interrogatoire de la police, Miranda avoue les faits reprochés sans qu’il n’ait été, cependant, informé préalablement de son droit de garder le silence et de son droit à avoir un avocat. Pendant le procès, le ministère public, s’appuyant sur ces aveux, obtient la condamnation d’Ernesto Miranda.

Son avocat fait appel devant la Cour Suprême de l’Arizona, mais celle-ci confirme le jugement en avril 1965. Avec le concours d’autres avocats (John J. Flynn, John P. Frank, Peter D. Baird), l’affaire est portée devant la Cour Suprême des États-Unis.

En l’espèce, la Cour va renverser par 5 voix contre 4 la position de la Cour Suprême de l’Arizona. Elle se fonde sur les amendements cinq et six du Bill of Rights (il s’agit des dix premiers Amendements à la Constitution américaine). En vertu du 5e amendement, nul ne doit être contraint à témoigner contre lui-même, tandis que le 6e amendement consacre le droit de tout accusé à disposer d’un avocat dans une affaire criminelle.

Selon la Cour Suprême des États-Unis, dont la position majoritaire est rédigée par Earl Warren, la garde à vue ayant un caractère coercitif, tout aveu n’est donc recevable devant une cour de justice, qu’à la condition que le suspect ait été, au préalable, informé de ses droits : celui de ne pas s’auto-incriminer et celui d’être assisté d’un avocat.

Ils deviennent aussitôt connus sous le nom de « droits Miranda » (Miranda rights) tandis que la notification de ces derniers proférée par un policier lors d’une arrestation est l’ « avertissem*nt Miranda » (Miranda warning).

Forme de l'avertissem*nt Miranda

Cet avertissem*nt doit-il revêtir une forme particulière ? À cela, la Cour Suprême des États-Unis n’apporte pas de réponse, de sorte que l’avertissem*nt Miranda semble se limiter à son contenu, à savoir les droits énoncés. Il peut donc être oral et, surtout, il n’est pas nécessaire de disposer d’une trace écrite qui attesterait que l’avertissem*nt a bel et bien été donné : le témoignage seul du policier devant les cours de justice suffit.

Dans ces conditions, le policier bénéficiant en outre d’une plus grande crédibilité, il est difficile pour le suspect d’apporter la preuve du contraire. Toujours est-il que, si ces droits ne sont pas formulés, la procédure pénale est frappée d’un vice de procédure et, par ricochet, les aveux potentiels du suspect sont irréguliers.

Elle se verra dès lors affligée d’une demande de rejet (motion to dismiss) de la part de l’avocat de la défense, c’est-à-dire d’une requête adressée au tribunal pour rejeter l’affaire.

Aux États-Unis la procédure pénale est variable d’un état à l’autre. Les États-Unis étant un état fédéral, les états fédérés ont conservé une autonomie législative dans certains domaines législatifs tels que la procédure pénale. S’agissant de l’avertissem*nt Miranda (Miranda Warning), il peut varier en fonction de l’état. De manière générale, dans la plupart des états l’avertissem*nt Miranda doit contenir les informations suivantes :

  • Vous avez le droit de rester silencieux et de ne pas répondre aux questions.
  • Tout ce que vous direz pourra être retenu contre vous devant une juridiction.
  • Vous avez le droit de consulter un avocat avant de parler à la police et également d’être assisté par un avocat durant les interrogatoires.
  • Si vous n’avez pas les moyens financiers de faire appel à un avocat, un avocat peut vous assister gratuitement.
  • Si vous décidez de répondre aux questions maintenant sans la présence d’un avocat, vous continuez de disposer à tout moment du droit de garder le silence et de faire appel à un avocat.
  • Avez-vous compris les droits dont vous venez d’être informé ? Acceptez-vous de répondre aux questions sans la présence d’un avocat ?

Le 5e amendement avant l'arrêt Miranda

Pour autant, il ne faudrait pas croire que le 5e amendement était, avant l’arrêt Miranda, dénué de toute effectivité. À titre d’exemple, lors de la période du maccarthysme, il était possible aux personnes convoquées devant la Commission d’Enquête sur les Activités Anti-Américaines de refuser de répondre aux questions posées en invoquant directement le 5e amendement de la Constitution, alors que les commissions d’enquête américaines sont pourtant de véritables juridictions.

Bien que cela revenait à admettre, d’une certaine manière, une affiliation au Parti Communiste des États-Unis et ne protégeait pas du boycott des studios de cinéma, le fait de se retrancher derrière cet amendement mettait cependant à l’abri de toute poursuite pénale (Florin Aftalion, Alerte rouge sur l’Amérique, pp. 123-130).

C’est l’erreur que commirent les « Dix de Hollywood » (parmi lesquels figurait le scénariste Dalton Trumbo), qui invoquèrent, à tort, le 1er amendement de la Constitution tout en provoquant les membres de la commission : car si l’amendement en question consacrait la liberté d’opinion, il ne les protégeait pas d’une poursuite judiciaire.

Équivalent des droits Miranda en France

En France, l’équivalent des droits Miranda se trouve à l’article 63-1 du Code de procédure pénale. Ce dernier dispose que le gardé à vue doit être informé immédiatement des droits dont il dispose et, notamment, du droit d’être assisté d’un avocat, du droit de répondre aux questions qui lui sont posées ou de se taire, et du droit d’être examiné par un médecin conformément à l’article 63-3 du Code de Procédure Pénale.

En particulier, le droit de garder le silence aux questions posées avait été introduit, à l’origine, par la loi du 15 juin 2000 relative à la présomption d’innocence. Bien que supprimé par la loi n°2003-239 du 18 mars 2003 pour la sécurité intérieure, il a finalement réintégré notre législation pénale grâce à la loi n°2011-392 du 14 avril 2011, à la faveur de la décision n°2010-14/22 QPC du Conseil Constitutionnel (considérants n°16, 18, 28 et 29).

A lire également :

  • Le droit au logement décent – Commentaire de l‘article 6 de la loi du 6 juillet 1989.
  • Loi gayssot transport routier.
  • Développement récent de la jurisprudence Danthony.
Droit Miranda - Quels sont les droits Miranda ? (2024)

FAQs

What questions are asked in the Miranda warning? ›

The Miranda Warning is all about questioning and being protected from self-incrimination under the Fifth Amendment, not being arrested. The person arrested must still answer questions asked about their name, age, address, etc. They can be searched in order to protect the police officer.

What are the Miranda rights answer? ›

Miranda rights allow you to choose not to answer an officer's questions, and you may request an attorney. However, you must affirmatively invoke your rights to remain silent and to an attorney. Once you invoke your right to remain silent, police must stop questioning you.

What are the 4 parts of the Miranda rights? ›

You have the right to remain silent. Anything you say can be used against you in court. You have the right to talk to a lawyer for advice before we ask you any questions. You have the right to have a lawyer with you during questioning.

What is the full Miranda rights saying? ›

The following is the standard Miranda warning: "You have the right to remain silent. Anything you say can and will be used against you in a court of law. You have the right to speak to an attorney, and to have an attorney present during any questioning.

What are the two things required before Miranda warnings must be read? ›

So the interrogation has to be by the police, first of all. Secondly, the suspect has to be in custody, and what that means is that their freedom of movement has to be restrained to the extent of traditional arrest.

Can police ask questions without Miranda? ›

As noted above, the police must read you the Miranda Warning after you have been arrested and before interrogating you. If they fail to read you this warning before asking you questions, any evidence they obtain in their conversations with you may be inadmissible in court.

What if someone answers no to Miranda rights? ›

If your rights were not read to you, in many cases you will still be prosecuted, but what you've said to law enforcement officers – in most cases – cannot be used against you at trial. The law also recognizes a number of exceptions to a police officer's duty to read your rights.

What is the Miranda warning for dummies? ›

Answer: So basically the Miranda warning is a protection for citizens to inform suspects—and when I say suspects, people who are under arrest, people who are in custody and suspected of particular crimes—to inform them of their Fifth Amendment right against self-incrimination and their Sixth Amendment right to counsel ...

How do Miranda rights protect you? ›

Miranda rights, named after the Supreme Court case Miranda v. Arizona, protect individuals from self-incrimination during police questioning. These rights include the right to remain silent, the right to have an attorney present, and the right to a court-appointed attorney if unable to afford one.

What are the 3 exceptions to the Miranda rights? ›

The three exceptions are known as the “impeachment exception,” the “emergency exception” (also known as the “public safety exception”), and the “routine booking exception.” We begin with impeachment.

What triggers Miranda rights? ›

Evidence Must Have Been Gathered

Law enforcement officials must have gathered the evidence during an interrogation for the Miranda rule to apply. In other words, if the suspect doesn't speak and answers no questions, whether or not they were advised of their rights is of no consequence, as no evidence was gathered.

What two principles are considered the Miranda rights? ›

The right to remain silent. The right to consult with an attorney and have the attorney present during questioning, and.

Can a cop handcuff you without reading your rights? ›

Do I Have to Be Read My Miranda Rights When Handcuffed? The question of whether Miranda rights must be read upon arrest is a nuanced one. In essence, the obligation to recite Miranda rights isn't a prerequisite for all arrests, contrary to portrayals in popular media.

What do you say to invoke Miranda rights? ›

  • [ ] I have the right to remain silent.
  • [ ] Any statements I make may be used as evidence against me at a trial by court-martial. ...
  • [ ] I have the right to have such retained civilian lawyer and/or appointed military lawyer present during this interview.
  • [ ] I have the right to terminate this interview at any time.
Apr 11, 2024

Why do police officers have to say the Miranda rights? ›

The purpose of requiring officers to read Miranda rights is to inform or remind Americans of their Fifth Amendment right to refuse to answer self-incriminating questions, and their Sixth Amendment right to legal representation.

What questions can police ask without reading the Miranda warning to a prisoner? ›

Question: What types of questions are police allowed to ask before reading the Miranda Warning? Answer: So, they're allowed to ask basic questions, maybe like your age, your name, maybe where you live; certain things that don't go to the elements of the crime or the investigation.

What is the most important part of the Miranda warning? ›

Miranda rights inform you of your right to remain silent and your right to have an attorney. Those are two very important elements of your defense. It is almost always important to remain silent and not speak with the police because you may slip up.

What constitutes an interrogation for the Miranda warning? ›

(See Is a traffic stop an "arrest" within the meaning of Miranda? ) "Interrogation" means questioning. This questioning can be in the form of an officer asking the suspect direct questions, or it can be comments or actions by the officer that the officer should know are likely to produce an incriminating reply.

Top Articles
Latest Posts
Article information

Author: Melvina Ondricka

Last Updated:

Views: 5919

Rating: 4.8 / 5 (68 voted)

Reviews: 91% of readers found this page helpful

Author information

Name: Melvina Ondricka

Birthday: 2000-12-23

Address: Suite 382 139 Shaniqua Locks, Paulaborough, UT 90498

Phone: +636383657021

Job: Dynamic Government Specialist

Hobby: Kite flying, Watching movies, Knitting, Model building, Reading, Wood carving, Paintball

Introduction: My name is Melvina Ondricka, I am a helpful, fancy, friendly, innocent, outstanding, courageous, thoughtful person who loves writing and wants to share my knowledge and understanding with you.